Louis XVI = Nicolas II

 

Louis XVI = Nicolas II

=

Après d'autres cet historien ne croit pas si bien dire et pour sûr j'en réponds, mieux placé que quiconque pour en juger.

Mais lisons plutôt :


…Naïf, d'un naturel désespérément réservé, patriote, germanophobe (a contrario de ce qu'ont affirmé ses ennemis, l'accusant d'être à la solde des puissances centrales en raison de son mariage avec « l'Allemande » Alix de Darmstadt devenue la tsarine Alexandra), attentif à la santé et au bien-être de sa famille à un point presque obsessionnel, bigot à la limite du mysticisme, déconnecté du monde réel : Nicolas II apparaît ici tel qu'en lui-même, renvoyant une image étrangement proche de celle du dernier roi de France à l'aube de la révolution de 1789. En l'occurrence, celle d'un autocrate considéré par l'immense majorité de ses sujets comme le représentant de Dieu sur terre, disposant de pouvoirs quasi illimités, mais se refusant obstinément à en user pour rétablir un ordre chancelant quand il en est encore temps. Comme Louis XVI, le tsar de toutes les Russies s'abstint avec la même inconscience d'assouplir ses institutions quand il le pouvait et de faire preuve de dureté quand il le devait : dans les deux cas, il affaiblit son pouvoir, jusqu'à le perdre…


… De même, le premier jour de la révolution de Février (dont il est informé à distance, se trouvant alors au grand quartier général de l'armée à Moguilev, à plusieurs centaines de kilomètres de la capitale), ne trouve-t-il rien d'autre à consigner que l'inquiétante rougeole dont souffrent ses enfants. Comment ne pas songer au trop fameux « Rien » écrit par Louis XVI dans son journal le 14 juillet 1789, à son retour de la chasse? …


…De même, à l'annonce de la disparition du même Alexandre III, ce tsar malgré lui avait lancé au frère de sa femme, le grand-duc Alexandre Mikhaïlovitch, un cri du cour affolé : « Qu'est-ce qu'il va m'arriver, je ne sais rien de la manière de gouverner, je ne sais pas comment m'adresser aux ministres'. »

Encore une anecdote qui le rapproche de Louis XVI : «Mon Dieu, protégez-nous, nous régnons trop jeunes », aurait-il dit, à l'unisson avec Marie-Antoinette, à l'annonce de leur avènement le 10 mai 1774…


Journal intime de Nicolas II - Décembre 1916-juillet 1918 - Présentation et notes de Jean-Christophe Buisson pages 9/12/15


 

FOLLOW US