Présentation

Sommaire

en Vers

en Prose

Critiques

Livres - Renseignements pratiques

Cadre général

 


 

en Vers


Je suis ce vieux gamin qui met des pantalons,
Ce rugueux paysan fermé par un veston,
Ce pur-sang cravaté qui galope sur place,
Dans l'enclos d'un bureau perclus de paperasses.

Je suis ce déporté au goulag des moteurs,
Ce sauvage enrhumé par les radiateurs,
Ce rêveur en conserve et cet aigle reptile,
Ce rut émasculé par les crocs de la ville,

Je suis cet oeil de lynx crevé par les néons,
Ces muscles de trappeur en fauteuil de salon,
Qui coururent pourtant jusqu'où seul l'esprit chasse,
Qui crurent dépasser les confins de l'audace,

Je suis, sous trop de rien, ce fou plein de géant,
Ivre, sous trop de murs, du vaste inapparent,
Je suis ce scribouillard qui oublia d'écrire,
Qui préféra laisser le vent perçant mieux dire,

Je suis ce trop verbeux, lesté de mots savants,
Loin des nobles jurons des ultimes manants,
Loin des grands lits de blé de leurs filles magiques
Erigeant d'un baiser le sceptre volcanique!

Mais sous trop de petit, un brin désespéré,
Je cache un alchimiste, et son or enchanté
Peuple de chevaliers sans peur et sans reproches
Les châteaux nuageux que l'orage décroche!

Il pleut de ces Villons, de ces purs malandrins
Tempêtant et tonnant les insolents refrains
Qui réveillent les morts, qui secouent la Terre,
Et font enfin trembler ses tyrans délétères!

Et je peux regarder, aussi gai sacripant,
Se coucher lentement l'orgueil de l’occident,
Et je peux renifler la douce pestilence
De nos dieux pourrissants qui tombent en silence...

La nuit me rend le jour, je renais fils du feu,
Le vrai soleil, premier, redore mon fier gueux,
L’esclave redevient son esprit magnifique,
L’ombre humaine remonte à la grandeur cosmique!

Retour au sommaire

en Prose

Comme généralement commence par naître, à la naissance du Geer, en fruit des orgies célébrant la fin de la seconde ou deuxième guerre mondiale (biffer la mention inutile).

Atteint de poésie chronique en vers et contre tout dès l’adolescence. Dès lors comme à courir vents et nuages à perte de vue et de mots par-dessus les carrières de sable. Ecriture végétarienne, pour des prunes, entre la poire et le fromage. En rangs d’oignons, des presque oui d’éditeurs, de quoi faire un livre, juste à trouver un éditeur... La perle (orale) des formulations : « Impupliable, pas assez con ».

N'importe, par-delà l’ancrage nomade en “cité ardente” et les prostitutions alimentaires (contrôleur en chef des contributions, homme d’ouvrage, expert fiscal, distributeur de journaux, gérant bancaire, conférencier, jongleur d’aiguillages, garçon au pair, gibier de créance…), le continu de la passion pour l’inapparent, jusqu’à perdition en sectes.

Tout est mal qui finit bien néanmoins: sauvé in extremis de la terrible dernière, en 1993, par un couple hors norme. Lente remontée sous son égide au fil de voyages qui ne sont plus guère que sur papier, entre deux chasses aux insaisissables éditeurs.

Blocus toutefois forcé à sa façon par le numérique, ce qui donne :

1) 2005 Juste avant l’aurore terrestre, roman, éditions Publibook
http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782748309386

2) 2007 Corps à Cœur, poésie, éditions Manuscrit
http://www.manuscrit.com/book.aspx?id=8144

3) 2008 Vers de Terre, poésie, éditions Edilivre
http://www.edilivre.com/vers-de-terre.html

4) 2008 Des sectes à l’Avatar, autobiographie, éditions Publibook
http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782748341065

5) 2008 L’Homme cosmique, théâtre, éditions Edilivre
http://www.edilivre.com/l-homme-cosmique.html

6) 2012 Hauts de forme, poésie, éditions Edilivre
http://www.edilivre.com/hauts-de-forme-andr-streel.html

7) 2014 De Fer en Or, poésie, YouScribe
http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/poesie/de-fer-en-or-2380575


Soit dit en passant, les autoéditions de proximité “Monordi” publient régulièrement des mini recueils de poèmes ou des nouvelles. L’une ou l’autre production du genre se voit d’aventure hébergée par l’une ou l’autre revue; l’un ou l’autre prix au passage, essentiellement le 2001 de la meilleure Défense de la Langue française du Ministère français de la Culture et le 2004 de l’Association des Ecrivains Wallons.

Des blogs aussi :

FACEBOOK
https://www.facebook.com/andre.streel

 
TWITTER
https://twitter.com/StreelAndr


LINKEDIN
http://www.linkedin.com/pub/andr%C3%A9-streel/6b/321/609


HAUTETFORT
http://louis-nicolasxviii.hautetfort.com/


CANALBLOG
http://zailmnuminos.canalblog.com/


OVERBLOG
http://universeul.over-blog.com/
 

Membre actif encore des “Petites conférences de Liège”, ésotériques, “Extraordinaire Madame Blavatsky”, “Chaînes planétaires et rondes humaines”, “ Quelle heure est-il?  ”, numérologiques, “Si l’amour m’était compté ”, "La Grande pyramide", personnelle "Revenant de sectes"...

Projets tous types en chantier à la faveur de la retraite, essai, théâtre, nouvelle, histoire...

Retour au sommaire

Critiques

*

…“ J’ai beaucoup apprécié la poésie de “Corps à cœur”, ce tour de main (ou plutôt de plume) à la fois classique dans la forme et moderne dans le ton, l’inventivité verbale de la construction, le côté villonesque aussi et les images. Bravo.
Le roman, “Juste avant l’aurore terrestre”? allégorie, légende ou poésie en prose est du même tonneau, emporté, aérien, un peu fantasque et fantastique mais très agréable à lire.”

La dernière heure, Jean Jour

*


“Etrange homme que cet André Streel, et qui nous surprendra toujours... Excessivement bien doué et se jouant des règles et des formes fixes, égrenant rondeaux, villanelles, ballades, pantoums sans effort apparent, sans rien qui pèse ou qui pose; passant, en un instant, du ton des troubadours à celui des romantiques; pratiquant la poésie la plus légère à côté de la plus profonde; en équilibre stable sur les lignes de crête les plus acérées; abordant les thèmes apparemment les plus divers. Mais sous le vernis un peu grinçant de l’humour, de la sensualité, une sorte d’âpreté, de tristesse profonde, ainsi dans ce superbe poème où il s’adresse à sa mère, dans cet autre tout barbelé où il célèbre la Hesbaye,

"Je veux mourir Hesbaye, orgueilleux solitaire,
Comme meurent tes champs, sans un cri, sans un pleur.
Je veux mourir fidèle aux fêtes de naguère,
Comme eux tous, sous les coups de monstrueux moteurs !”

Un recueil qui vous touche, vous interpelle, ne peut vous laisser indifférent; qui ravira ceux qu’enchantent les rythmes anciens aussi bien que les écorchés de la vie.”

Revue Reflets wallonie-Bruxelles N° 11, septembre 2007, Joseph Bodson

*

Avec grand plaisir, j’ai lu votre recueil «Corps à cœur ». Il y a un « ton », ce qui est important. J’aime ce mélange de sentences, de jeux autour des mots, de climat poétique. J’aime aussi l’utilisation des formes « classiques » et plus anciennes de la poésie: elles continuent à nous présenter les réflexions, les descriptions, les états d’âme. L’amour est pudique. L’inconnue suggérée comme dans

“Nombreux sont les pays, hasardeux les chemins. A l’ombre de mon cœur vit un certain visage, où que flânent mes yeux, je ne vois qu’une image. ”

J’ai un faible pour le poème ramassé de «Que fais-tu là dans l’illustré?», original et amenant l’interrogation en soi !

Jacques Mercier, Rtbf

Retour au sommaire

Livres -Renseignements pratiques

Où peut-on se les procurer ?

Chez les éditeurs en version papier ou téléchargeable (voir sites ci-dessus).

Chez l’auteur contre virement au compte IBAN BE56 6115 1222 0088 BIC BDCH BE22 André Streel chaussée de Dinant 10 4500 Huy Belgique, frais postaux gratuits.

Retour au sommaire

Cadre général

Nous avons jugé important, vu les carences officielles en la matière, de redonner ici le fondamental du fondamental, le minimum du minimum de ce dont chaque être humain devrait avoir conscience afin de tirer le meilleur parti de son incarnation actuelle. Dommage vraiment pour l'occident que les notions capitales de karma et de réincarnation aient été tôt enlevées de l'enseignement de Jésus-Christ.

Quand sommes-nous?

Selon Madame Blavatsky qui a été, fin du dix-neuvième siècle, la première personne blanche à pouvoir accéder à la bibliothèque du Dalaï-lama et consulter ainsi le calendrier atlante, nous sommes entrés depuis cinq mille ans dans l’âge de fer, le plus lourd. Pas trop étonnant dès lors que le pire s’accomplisse au quotidien. Mais aussi, le moindre de nos comportements positifs n’en a que plus de valeur. Courage surtout! Avec le plus noir de ses âges, celui de fer, lui et ses cinq mille ans réglementaires, un cycle de temps s’achève. Le suivant va commencer et comme toujours aussi par le meilleur, l’âge d’or, quatre fois plus long que son prédécesseur : tel est l’imperturbable jeu du Maître divin.
Quand exactement ? Les paris sont ouverts. Avant la fin de ce siècle en tout cas !
 

Qui sommes-nous ?

Le plus ancien des livres, les Védas, est, sur ce sujet et sur les questions qui suivent, on ne peut plus clair: nous sommes Dieu, tous tant que nous sommes.

D’où venons-nous ?

Du bonheur.

Où allons-nous?

Au bonheur.

Où sommes-nous ?

La Cosmogonie d’Urantia précise que nous évoluons sur l’une des 7 mille milliards de planètes hébergeuses d’humanité; d'incarnations en incarnations, l'école de la matière, nous apprend à développer notre potentiel illimité.

Post-Scriptum

Ce site a été constitué dans l'espoir qu'il contribue à sa mesure à réunir l'occident et l'orient dans la quête de l'essentiel.

Retour au sommaire